L'Aquarelle, qu'est-ce que c'est?

L'aquarelle est une peinture à l'eau basée uniquement sur la transparence de ses couleurs. Contrairement à la gouache qui est opaque. C'est une technique courante, très répandue mais considérée, surement à tort, comme étant une technique mineure. Cette réputation vient probablement du fait qu'elle est d'une simplicité dans son exécution, alors qu'en vérité, dans la pratique elle assez difficile à maîtriser complétement car très délicate.  

 

Son origine et son développement :

C’est la plus ancienne technique de peinture utilisée sur support souple. 

Elle a été utilisée très longtemps en tant que simple technique d’étude, comme a pu le faire par exemple Albrecht Durër au XVe et XVIe siècle. Puis c’est au XVIIe siècle que l’aquarelle connaît son essor, elle deviendra une technique artistique à part entière, développée surtout en Angleterre le siècle suivant. L'un des premiers grands aquarellistes en France fut Isabey. 

La manière dont on pratique l'aquarelle en Europe trouve son origine dans les lavis, les enluminures et les miniatures d'antan. En Extrème-Orient, les lavis sont traités différemment, pas moins riches d'expériences et de réussites techniques cependant. 

 

Sa composition et fabrication :

Les pigments sont broyés très finement avec de la gomme arabique, c’est un suc naturel qui se récolte en incisant l’écorce d’un acacia d’Afrique, au Soudan principalement. L’Acacia Arabica. A l’état naturel, la gomme ressemble à de l’ambre.

     gomme-arabique

Peut être également utilisé comme liant la gomme adragante, la dextrine ou la gélatine. 

La transparence et la stabilité des couleurs proviennent du taux de glycérine ou de miel, appelés "agents mouillants". Ajouté en infime quantité, cet agent mouillant facilite l’adhérence entre le pigment et le support. Il lui donne également sa souplesse tout en préservant son humidité, c’est un agent plastifiant.

En trop grande quantité, la glycérine devient un retardateur de séchage.

Parfois la dextrine est utilisée à la place de la gomme arabique dans les aquarelles bon marché, ce qui fait qu’elles sont trop solubles et donc les teintes moins vives.

 

Ses caractéristiques : 

  • L’aquarelle est réversible, c'est-à-dire qu'une fois sèche, elle se redilue au contact d'eau. Ce qui fait toute sa fragilité. Il faut savoir maîtriser ses dosages (eau/couleurs) afin de ne pas diluer la couche précédente. 
  • Elle sèche quasiment instantanément, juste le temps que l'eau s'évapore et comme l'aquarelle se travaille en couche extrémement fine, il lui faut donc très peu de temps.
  • Si les couleurs semblent si lumineuses c'est que les rayons naturels de lumière pénètrent le mélange pigment/eau et se réfléchissent sur la surface blanche du papier. Les pigments sont traversés ce qui crée cette transparence, un effet optique différent des autres techniques traditionnelles où la lumière se réfléchir directement sur les pigments. 

 

Son utilisation : 

L'aquarelle s'applique soit sur un support sec, soit préalablement mouillé avec une éponge ou une brosse. Le résultat en sera différent. 

C'est une technique qui se travaille en légèreté car plus les mélanges ou les couches sont nombreuses, moins la lumière se réfléchit, donc plus la teinte se ternit.

C'est pourquoi également ses supports se limitent en général au papier blanc, car en plus d'être absorbant, sa blancheur est primordiale pour l'éclat des couleurs. 

En aquarelle, les couleurs s’appliquent donc par superpositions, sachant qu'elles sont transparentes, il convient de commencer toujours par le plus clair jusqu’au plus foncé. Le blanc n'est pas utilisée comme couleur, ce sont les zones vierges du papier qui sont sauvegardées. 

Les mélanges en général s'effectuent directement sur le support fraîchement mouillé, cela sublime davantage les couleurs qu'en effectuant les mélanges sur la palette. 

 

A qui est-elle destinée?

C'est la technique préférée des peintres du grand air, elle est facilement transportable, elle est lessivable et surtout nécessite très peu de matériel. Un coffret de poche, un petit bloc de papier, un gobelet d'eau et le tour est joué!

Mais rien n'empêche sa pratique dans le confort de l'atelier bien évidemment! 

boite-aquarelle-coffret-godetEtant donné la diversité des qualités, des tarifs, des formes (godets, 1/2 godets, tubes de diverses tailles) et des présentations (coffrets de 12, 24, 48 godets ou tubes ou à l'unité), tout le monde trouve son compte. 

 

Le matériel à utiliser 

Pour un très bon résultat, une bonne qualité du matériel est essentielle. Et comme dans tous les secteurs, la qualité est faite pour durer. Il est donc important de faire les bons choix, avec pour conséquence la bonne conservation de votre travail. 

Le choix du support

Le papier est presque l’unique support de l’aquarelle. Ses caractéristiques telles que sa blancheur, sa texture, sa résistance à l'humidité, jouent un rôle primordial dans le rendu final de l’œuvre.

Les papiers spécifiques et véritables pour l'aquarelle sont fabriqués avec des chiffons de lin, les ordinaires quant à eux sont fabriqués à partir de bois ou même de paille. Existe également le papier fait à partir de bambous.

Il doit pouvoir supporter l’humidité et doit être tendue afin qu’il ne gondole pas. C'est pour cette raison que les blocs de papier aquarelle sont collés sur leurs tranches, la feuille est à décoller seulement une fois le travail terminé.

Sinon, autre solution, celle de l'adhésif ! Avec un adhésif repositionnable, tel celui utilisé lorsqu'on peint un mur, attachez votre feuille en réalisant un cadre sur une surface plane et rigide. Ainsi votre feuille est tenue donc elle ne gondolera pas, et de plus, une fois l'oeuvre terminée, sèche et le ruban enlevé, vous obtenez un travail propre au contours nets!

     papier-aquarelle

Au minimum, optez pour du 160gr, sachant que l’idéal pour les peintures à l'eau est au moins du 300gr. Le grammage détermine l'épaisseur du papier. 

Le papier aquarelle existe sous trois genres : Grain satiné, grain fin, et grain torchon. Cela caractérise l’aspect et la porosité de sa surface, le rendu sera différent selon le grain. Le grain satiné étant le plus lisse. Ils existent dans tous les formats et même en rouleau de 10m. 

Il doit avoir un pH neutre afin de ne pas jaunir, ce qui est le cas de tous les papiers prévus pour les Beaux-arts.

Il est également possible de peindre sur du parchemin et de la soie, ainsi que tous les papiers d’Extrême-Orient (Japon, Chine, Inde) qui sont fabriqués spécialement pour ces techniques à l’eau. Ils sont résistants et absorbants et sont considérés comme les meilleurs papiers pour les lavis. 

L'alternatif au papier, c'est l'enduit absorbant! Vous pouvez l'appliquer sur n'importe quel support préparé, comme la toile, le bois, le carton, etc.. Cet enduit rendra le support blanc et absorbant semblable à du papier. Ce produit ouvre le champs des possibilités de l'aquarelle. 

Les pinceaux 

La qualité des pinceaux est essentielle, mieux vaut ne pas lésiner sur ce matériel. 

En utilisant un pinceau spécifique pour cette technique, la couleur sera appliquée avec aisance. 

Il faut un pinceau avec un manche court pour plus de maniabilité et avec des poils ayant une forte capacité à absorber et à retenir l’eau en permanence. Ceux en martre ou en petit-gris conviennent parfaitement car leurs poils permettent un stockage naturel de l’eau.

Leurs poils sont très doux et très fins ce qui leur permet de se plier à la moindre pression, s’élargissant en éventail lorsqu’on appui un peu pour donner un trait large, puis retrouvant leur pointe effilée comme au départ une fois soulevé.

Bien nettoyés et entretenus, ces pinceaux ont une durée de vie extraordinaire. Les meilleurs qualités (prévoir un gros budget dans ce cas) sont inusables, un excellent pinceau de ce genre peut être gardé à vie.

pinceau-aquarelle-petit-gris  pinceau-martre-kolinsky

Il est tout à fait possible d’utiliser n’importe quel pinceau du moment que les poils sont souples. Les synthétiques seront un peu moins doux mais plus nerveux, donc c'est votre manière de peindre qui determinera le pinceau qui vous convient.

 

Les couleurs

Les couleurs aquarelles se présentent en godet ou en tube. Les godets contiennent des couleurs durcies qui se liquéfient au contact du pinceau mouillé, alors qu’en tube la peinture est liquide due à son taux de glycérine plus élevé.

Il faut évidemment différencier les gammes scolaires, fines ou extra-fines, la qualité des couleurs est mise en question. L'extra-fine est la qualité supérieure, elle est la plus concentrée en pigment ce qui donne de belles couleurs intenses et vives.

D'une marque à une autre la teinte d'une même couleur peut varier. Cela n'est pas du à la qualité mais aux pigments utilisés lors de la fabrication. Par exemple le bleu de cobalt n'aura pas la même teinte selon les marques. 

La palette

La palette n'est pas obligatoire pour l'aquarelle, notamment si vous peignez avec des godets. Mais sinon il va de soi que la palette doit être blanche et non absorbante. Les palettes en céramique, en plastique ou métal conviennent parfaitement. Certaines sont refermables grâce à leur couvercle, ainsi elles sont plus facilement transportables.

Contrairement à la palette de peinture à l'huile qui peut être tenue à la main, celle de l'aquarelle doit être posée à plat afin que les couleurs et leurs mélanges ne coulent pas. 

 

Les additifs

En aquarelle aussi il existe des additifs afin de modifier les caractéristiques de la peinture tels que les médiums, le fiel de boeuf ou encore la gomme (ou liquide) à masquer. 

medium-aquarelle

Les médiums pour aquarelle

Certains épaississent les couleurs et d'autres ralentissent le séchage. Ces produits sont cependant peu courants. L'aquarelle étant une technique de "l'instant", l'exécution se veut rapide et assez spontanée, donc l'utilisation de ces médiums vont à l'encontre du principe même de l'aquarelle. 

Le fiel de boeuf

C'est un produit issu de la graisse animale qui fait partie de la catégorie des "agents mouillants". Les couleurs deviennent donc plus fluides. Il permet également de pouvoir peindre sur des surfaces lisses, les couleurs adhèrent davantage au support.

La gomme arabique

La gomme arabique est le liant de la peinture aquarelle. En en rajoutant aux couleurs, celles-ci deviendront plus brillantes et elle leur conférera une meilleure consistance. 

La gomme ou liquide à masquer

Comme son nom l'indique, ce produit masque une zone de votre feuille laissant cette partie vierge après avoir peint. C'est une gomme pelliculable qui se retire aisément après séchage.

Cette gomme ou ce liquide est à appliquer sur les parties de votre dessin que vous voulez sauvegarder, à l'aide d'un pinceau préalablement enduit de savon afin d'en protéger les poils. Un simple pinceau de base fait très bien l'affaire. Il suffit simplement de laisser sécher, de réaliser son oeuvre à son aise, puis une fois terminé retirer la pellicule, cela se fait très facilement.

gomme à masquer

 

Conservation

Toutes les œuvres sur papier doivent être conservées avec beaucoup de précaution. Ne pas les laisser exposées à la lumière du soleil inutilement. Le papier étant un support fragile, il est souvent utilisé avec une technique qui l’est encore plus, notamment l'aquarelle.

Donc peu importe la technique, les œuvres sur papier doivent être conservées soit dans des cartons à dessin si vous les stockez, soit mises sous verre si vous les exposez. D'une part pour éviter les frottements et d'autres part pour éviter une quelconque humidité (la plus petite goutte d'eau soit-elle serait catastrophique). 

Pour une protection supplémentaire, il existe des vernis pour la gouache et l'aquarelle. En spray ou à appliquer au pinceau. 

vernis-gouache-aquarelle

Conseils et astuces

  • Pour créer de l’opacité, on utilise de la gouache en complément. Notamment pour renforcer les blancs. La gouache et l'aquarelle peuvent se mélanger. 

  • Lors de l'exécution du dessin préparatoire, veillez à ne pas déchirer ou râper le papier avec la gomme. Le papier est fragile, une écorchure est irrémédiable. 

  • Dans un carton à dessin, il est conseillé de placer une feuille de papier cristal entre chaque dessin. C’est un papier fin et glacé qui permettra d’éviter les frottements entre eux.
  • Pour vérifier qu'un papier est sans acide (pH neutre), il suffit de glisser une bande de ce papier dans un livre, en en laissant dépasser la moitié. Après quinze jours d'exposition au soleil, la blancheur doit être la même sur les deux côtés. 
  • Pour vérifier qu'un pinceau est en bon état il suffit de le secouer énergiquement dans l'eau, à sa sortie les poils doivent faire une belle pointe. Si ce n'est pas le cas, il existe une ultime "action de sauvetage" mais qui malheureusement ne fonctionne pas à tous les coups... Elle consiste à tremper son pinceau dans de la colle cellulosique ou de la gomme arabique, former une belle pointe avec les poils, laisser sécher et attendre quelques jours. Puis sous de l'eau tiède, la colle/gomme se retira très facilement. Voyez si votre pinceau retrouve sa pointe.

LE FUSAIN

   Le fusain , certes indispensable à certains dessins, ne peut être utilisé pour toutes les oeuvres.

Parfaitement adapté aux portraits (humains et animaliers), il est en revanche, plutôt déconseillé pour les représentations de paysages.

Le fusain s'utilise de deux manières principales: créer une dessin de toute part ou bien de repasser sur un dessin au crayon a papier"normal"pour lui  ajouter des effets de style.

Il permettra par exemple, de créer facilement des zones  d'ombrage qui donneront du relief et de la profondeur à votre dessin.  Ceci offrira à votre oeuvre un réalisme plus marqué.  On peut aussi jouer sur les nuances de gris, pour exprimer des sentiments sur les visages.  Les yeux seront, à ce titre, le point principal sur lequel on devra porter nos efforts.

 

 

Réalisation d'un portrait au fusain par A.Karin

Les techniques

Pour optimiser l'utilisation du  fusain;

La protection de votre dessin:  le fusain présente un défaut de taille, il génère une sorte de poussière qui adhère aux doigts et au dessous de la main pouvant  rapidement dégrader l'ensemble du dessin en "salissant" la feuille. Pour palier à ce problème, il existe une technique simple qui consiste à commencer le dessin par le côté opposé de la main tenant le fusain.(à gauche si vous êtes droitier)on évitera ainsi de salir le dessous de la main,en la déplaçant sur des parties déjà dessinées.

La Conservation des dessins;

Les dessins au fusain ont tendance à mal vieillir, notamment en raison de cet aspect poussiéreux. Pour optimiser la conservation, diffuser une laque à la surface et laisser sécher.

attention lors de la manipulation

Les zones d'ombre : la création de zones d'ombre est une technique très simple permise par le fusain.  Sur un coin du dessin, fixer une zone de lumière.  Les zones d'ombre seront donc définies en fonction de cette source.  Pour bien les réussir, réaliser un dégradé en colorisant la zone d'ombre du gris clair au gris foncé (symbolisant l'intensité de l'ombre).

Repasser plusieurs fois sur les zones foncées plutôt que d'appuyer plus fort,ce qui générerait de petites poussières nuisibles au dessin.

 

 

DESSIN D'UN OEIL

Composition du fusain

LE FUSAIN , médium efficace et économique est constitué de charbon de saule,de platane,de tilleul ou de vigne.

Le fusain de platane ou de saule est plus dure, plus homogène est le fusain de saule. il est commercialisé sous plusieurs épaisseurs et formes.

Sous formes de bâtons, le fusain est soit tendre, soit dur.Il casse assez facilement et est friable.

TENDRE... il est assez poudreux et adhère donc moins au papier.On l'utilise généralement pour les ombres.

DUR... il s'estompe moins, on l'utilise pour tout travail de précision.

mignonnettes = 4 mm Ø                     petits buissons = 6 mm Ø

moyens buissons = 8 mm Ø                 gros buissons = 10 mm Ø

petit décor = 12 mm Ø                       gros décor = 20 mm Ø 

 

CoolGrand sourireClin d'oil

Aime bienCrayon de fusain ; se présente sous forme de crayon en bois contenant une mine de fusain comprimée, gradué en moyenne, dur et tendre que l'on taille comme un crayon ordinaire.

 Aime bienOn utilise donc, à cause de l'enveloppe de bois, que la pointe qui limite par ce fait la largeur des traits. On  ne peut obtenir avec ce crayon de larges traits.

Légèrement plus dur que le fusain naturel,il est moins salissant et facile à manier.           

Emploi

   Le fusain est outil simple et facile à manier, il peut être utilisé seul pour créer d'étonnant effets d'atmosphère, avec de la peinture ou du pastel si l'on souhaite de la couleur, pour effectuer un premier croquis ou apporter des effets d’ombre.

                                                           Le fusain se combine parfaitement avec de la craie blanche pour produire des éclairages.      

C'est un excellent outil qui mène à l'essentiel en forçant l'artiste à visualiser les formes et le caractère du sujet sans s'encombrer de détails insignifiants.

Il est facile à corriger ou à effacer avec de préférence une gomme molle (mie de pain). On se sert également de cette gomme pour réaliser des taches de lumière.

On peut se servir des doigts ou d'une estompe pour créer des valeurs qui vont du noir les plus profond au gris très léger.

On peut aussi jouer avec le grain du papier pour faire des blancs en appliquant légèrement le fusain. Il est souvent utilisé pour établir les grandes lignes d'une composition avant de peindre.

 

Autour de 1550, peut-être dans le but de se débarrasser de l’opération de fixage, quelques artistes, Vénitiens pour la plupart, adoptent la technique du fusain huilé. Sa technique de fabrication est simple : il s’agit de plonger un bâton de fusain un certain temps dans l’huile de lin. En plus d’offrir une meilleure fixité, un caractère solide et un trait noir intense et velouté, le fusain huilé conserve les propriétés du fusain ordinaire, soit une ligne douce et large à la texture riche.